Retour aux Actualités
Personne et famille

Publié par - 14 février 2018

LA CONSÉCRATION DE L’AMOUR PAR LE MARIAGE !

Depuis plusieurs années, une forte tendance s’inscrit chez les couples québécois : près de 35 % d’entre eux décident de vivre en union de fait, soit deux fois plus que la moyenne canadienne. Malgré que le choix de cette union séduise de plus en plus les couples au Québec, certains amants désireux de consacrer leur amour optent toujours pour le « bon vieux » mariage !

Chacun de ces mariages sera bien entendu personnalisé à l’image des futurs époux, selon leurs convictions, leurs goûts et même leurs caprices ! Cependant, le moment de la célébration du mariage revêt un caractère formel et normatif auquel ils devront néanmoins s’assujettir. En voici un court résumé : 

Le célébrant  

Le mariage doit être célébré par un célébrant approuvé par le Directeur de l’état civil du Québec. De ce fait, votre frère ou votre cousin ne peuvent d’office être des célébrants sans avoir effectué certaines démarches préalables et requises. De plus, s’ils ont déjà célébré un mariage l’an dernier, le processus d’approbation devra être réitéré puisqu’il ne vaut que pour la célébration d’un (1) seul mariage à la fois !

Les délais

Préalablement au « grand jour », le célébrant doit présenter une demande d’avis de publication d’avis de mariage au Directeur de l’état civil, contresigné par un témoin, 20 jours avant la date de la célébration du mariage. Cependant, pour un motif sérieux, par exemple lorsque l’un des futurs époux est atteint d’une maladie grave, une dispense peut être accordée. Le célébrant doit également recueillir et compléter les documents requis à temps et vérifier l’admissibilité du couple au mariage.

 Les conditions de validité du mariage 

Lors du jour de la célébration, le célébrant doit faire la lecture aux futurs époux, en présence de deux témoins, des droits et obligations des époux énoncés au Code civil du Québec. Par la suite, le célébrant doit obtenir l’échange de consentement, lequel se traduit bien souvent, on l’espère, par le sacro-saint « Oui, je le veux »!

Cet échange de consentements permettra ainsi au célébrant de déclarer les époux unis par les liens du mariage et de faire signer aux époux, ainsi qu’à leurs deux témoins, la déclaration de mariage qu’il devra transmettre dans les délais requis au Directeur de l’état civil afin d’enregistrer l’acte officiel de mariage, le tout…… pour le meilleur et pour le pire!

Les notaires

Le gouvernement québécois a étendu aux notaires le pouvoir de célébrer les unions et les mariages civils. Les notaires peuvent donc vous accompagner légalement dans votre projet de célébration de mariage, en toute confiance et tranquillité et en laissant votre frère ou votre cousin profiter pleinement du moment, sans se soucier des délais et des formalités à compléter afin d’assurer la validité de votre mariage.

De plus, en choisissant un notaire comme célébrant, ce dernier pourra également, à titre de conseiller juridique, vous expliquer les règles du patrimoine familial et orienter les futurs époux sur le choix d’un régime matrimonial reflétant les attentes de chacun afin de choisir l’encadrement juridique adéquat, le cas échéant.

N’hésitez pas à communiquer avec l’un de nos notaires pour la célébration de votre mariage !

Et que vous soyez célibataires, en union de fait ou mariés… nous vous souhaitons à tous une joyeuse Saint-Valentin !

 

Le présent texte ne représente qu’un survol du sujet en question et ne constitue aucunement une opinion juridique ou fiscale en soi. Chaque dossier se doit d’être analysé à la lumière des faits qui lui sont propres.

 

Vous aimerez aussi

L’aliénation parentale

Publié par - 3 octobre 2019

L’aliénation parentale Suivant une séparation, certains parents développent des comportements haineux et systématiques envers leur ancien partenaire. Il s’agit d’une manipulation démontrée par un parent, exercée volontairement […]

Lire la suite